Evaluation interdiscilinaire
Affections dégénératives
Déformations rachidiennes
Prothétique discale
Tumeurs
Infections
Fractures

Quelques considérations sur le mal de dos

Le mal de dos ou lombalgie est commun.

Une sensation douloureuse est commune et n’est habituellement associée à aucun problème sérieux ou maladie.

Très peu de personnes ayant mal au dos ont une hernie discale lombaire ou un nerf coincé. Même si ceci est la cause de vos douleurs de dos, 90% de ces cas vont s’améliorer de façon spontanée avec une nette diminution des symptômes dans les six à douze semaines.

80% de la population souffrira au moins une fois dans sa vie d’un épisode de mal de dos.

La plupart des maux de dos se calmeront rapidement, au moins assez pour vous permettre d’exercer une activité et de mener une vie normale.

Au moins la moitié de ceux qui souffrent de mal de dos auront une rechute dans les 2 ans qui suivent, mais ceci, à nouveau, ne représente pas une cause sérieuse à leurs symptômes.

Si la gêne est importante, il vous faudra penser à modifier votre style de vie et surtout certaines de vos activités.

Vous aliter pendant plus d’un à deux jours ne diminuera pas votre période d’incapacité, et, en fait, il se pourrait même que votre guérison et le rétablissement de vos fonctions soient retardés.

Les personnes qui supportent le mieux leurs douleurs sont celles qui restent actives et qui continuent à vivre malgré leur gêne. Ceci nécessitera tout de même souvent que vous modifiez certaines de vos activités. La plupart des changements constatés sur les radiographies sont normaux, liés à l’âge ou à des phénomènes dégénératifs et peuvent ne pas être en relation avec la cause de l’épisode douloureux aigu.

Dans de nombreux cas, la cause exacte d’un épisode douloureux ne pourra pas être identifiée, ce qui vous laissera une sensation de frustration, mais soyez rassuré, il est extrêmement rare qu’il y ait une cause sérieuse à vos douleurs.

La plupart des maux de dos surviennent à partir d’une irritation ou d’une lésion mineure de la musculature, des ligaments ou des articulations de votre dos. La douleur peut également se développer en raison d’une mauvaise condition des muscles de votre dos ou de la musculature qui l’entoure. Le but premier du traitement sera donc de s’assurer que votre dos travaille à nouveau de façon appropriée.

Les personnes en bon état physique souffriront généralement moins de maux de dos et se rétabliront beaucoup plus rapidement d’un épisode douloureux.

Dans le passé, on a considéré l’alitement comme le meilleur traitement pour les lésions aiguës du dos, mais on s’est rendu compte ces derniers temps qu’un alitement supérieur à un à deux jours retarde le rétablissement et empêche la progression.

De l’alitement va résulter une perte de condition aussi bien de vos os que de vos muscles. Vous allez également perdre de la mobilité au niveau de vos articulations et votre état physique se détériorera rapidement. Vous pourriez également développer un état dépressif résultant de votre inactivité, ce qui rendra de plus en plus difficile votre motivation à regagner votre activité.

L’exercice physique est-il bon pour votre santé ? Pas n’importe lequel !

Il est nécessaire de recevoir des instructions concernant le type d’exercices les mieux appropriés à votre cas. Dans le chapitre « Exercices de base », vous trouverez une description de quelques exercices simples que vous pourrez effectuer à domicile en parallèle à votre programme de réhabilitation.

Marcher, nager et utiliser une bicyclette d’exercice sont également des activités utiles pour améliorer votre état physique. On vous recommande tout de même de demander conseil sur l’utilisation de ces activités dans votre cas particulier, conseils qui pourront vous être fournis par votre physiothérapeute ou par votre médecin.

Lorsque vous commencez à vous exercer, il faudra construire progressivement votre programme d’exercices sur plusieurs jours ou semaines. Certains exercices conviendront mieux à certaines personnes. Si ce que vous exercez aggrave vos douleurs, essayez avec d’autres exercices, mais essayez toujours de développer un programme de routine qui vous permette chaque jour de vous exercer pendant au moins 10 à 15 mn.

Les athlètes savent qu’ils vont développer des douleurs musculaires lorsqu’ils commencent leur entraînement, lorsqu’ils font des activités ou des sports qu’ils n’ont pas faits pendant longtemps. Ceci est normal et ne signifie pas que vous êtes en train de vous blesser.

Les douleurs ressenties pendant que vous effectuez ces exercices pourraient indiquer que vous effectuez ceux-ci de façon incorrecte ou qu’ils ne vous conviennent pas. Si tel est le cas, demandez l’avis de votre physiothérapeute ou de votre médecin.

Les douleurs ressenties après avoir effectué vos activités physiques ne signifient pas forcément un dommage mais il faudra considérer la nécessité de diminuer ou ralentir le développement de votre programme d’exercices.

N’abandonnez pas vos activités si vous ressentez ce genre de gêne mais continuez avec votre programme d’exercices et réduisez légèrement le niveau d’intensité.

Tout le monde sait que s’exercer n’est pas aisé et nous savons que le maintien de ce programme d’exercices est parfois difficile, mais c’est l’effort que vous consentirez à ces activités qui déterminera l’évolution de vos douleurs et la vitesse de votre rétablissement.

Lorsque vous souffrez, il existe plusieurs traitements que vous pouvez essayer afin d’améliorer vos symptômes et permettre le retour à vos activités habituelles. Il est possible que ces traitements ne réussissent pas à éliminer complètement vos douleurs mais ils devraient au moins les contrôler de façon à vous aider à retrouver une certaine activité.

Les traitements de ce type vous aideront à contrôler vos douleurs mais ne « traiteront » pas votre mal de dos. Ceci dépend de vous et entièrement de vos efforts dans vos exercices et vos activités de réhabilitation.

Des médicaments analgésiques tels que le Paracétamol (Dafalgan, Panadol, etc…) ou un cachet d’Aspirine, sont les médicaments anti-douleurs les plus simples et les plus sûrs. Ces médicaments anti-douleurs sont souvent aussi les plus efficaces dans la diminution de vos symptômes.

Dans une première période de traitement afin de contrôler vos douleurs, vous pouvez essayer de prendre 2 comprimés toutes les 4 à 6 heures et ceci de façon régulière. Vous ne devriez pas attendre que la douleur soit insoutenable avant d’utiliser ce genre de médicament anti-douleurs.

Il est préférable d’utiliser ce type de médicament anti-douleurs et garder une certaine activité physique plutôt que de ne prendre aucun médicament et de ne pouvoir effectuer aucune activité.

L’utilisation des médicaments anti-inflammatoires pourra également vous aider à diminuer ou mieux contrôler vos douleurs. Ces médicaments doivent être ordonnés par votre médecin traitant.

L’utilisation du froid (Cold pack) est conseillée dans les lésions aiguës (par exemple dans les 12 heures suivant le développement de la douleur) afin de diminuer celle-ci. Il aidera à diminuer le processus inflammatoire initial. Après ce laps de temps, il est plutôt recommandé d’utiliser la chaleur et éventuellement les ultrasons qui aideront au processus de guérison, surtout avec un but de relaxation musculaire. L’utilisation de ces modalités thérapeutiques dans la symptomatologie chronique (par exemple au-delà de 6 à 8 semaines) ne semble pas modifier avantageusement l’histoire naturelle de votre problème.

Lorsque vous reprendrez votre vie active, il est indispensable d’éviter de rester longtemps dans la même position et d’effectuer la même activité pendant plus de 20 à 30 minutes à la fois, sans une pause. Il faudra ensuite augmenter graduellement aussi bien les périodes de travail que leur intensité.

 

 

ledos
ledos